Deux missionnaires jésuites d'exception à Madagascar

à travers des documents de la Bibliothèque de Fels << Page précédentePage suivante >>

In : BOUDOU, Adrien. - Les Jésuites à Madagascar au XIXe siècle

Photographe et cartographe, Désiré Roblet arrive à Madagascar le 21 juillet 1862 pour l’école des sœurs. Il est l’ami et le collaborateur d’Alfred Grandidier (20/12/1836-Paris 13/09/1921).

En 1869 il est collaborateur, avec le père Nassès, du père Finaz, chargé du district sud, région d’Androhibe, d’Ambohidava, Soavina.
Il fonde 200 postes de mission dans différents villages dans l’Ankaratra.

Il voyage en filanzane jusqu’en 1872, s’apercevant que ses jarrets valaient bien ceux des bourjanes.

PH 841 : Père missionnaire sur une chaise à porteurs à Tananarive
Carte 288 : Environs de Tananarive. – Père Roblet

Après avoir été un missionnaire itinérant il devient missionnaire géographe, seul missionnaire scientifique avant 1883 à Madagascar, grâce à l’arrivée des Frères des Écoles Chrétiennes en 1866 qui le libère des classes d’enfants.

Dans leur bagage les missionnaires emportent : de grandes images, un harmoniflûte (sorte de petit harmonium portatif), et une pharmacie. Les images servent à enseigner le catéchisme dont ils tapissaient le local de la réunion. La pharmacie servait à soigner les populations : « La plupart des missionnaires savaient traiter les maladies ordinaires, soigner les plaies, extraire convenablement une dent 1 » .

Le 18 septembre 1881 il décrit à Grandidier toutes ses activités : « …Le travail de la mission, de la carte, de la photographie, de l’horlogerie, la réparation des harmoniums, pianos, etc. seraient suffisants pour occuper plusieurs personnes plus capables que moi… », seul texte parlant de ses photographies, grâce à cette technique il s’intéresse aux populations :

PH 846 : Femme hova en deuil             PH 847 : Femme betsileo
aux souverains : PH 845 : Radoperina (reine de Madagascar) PH 835 : Tananarive, campement de la reine de Madagascar lors de son départ pour Fianarantsoa
PH 649 : Paroi rocheuse d'Ampamarina

et aux paysages

Le R.P. Roblet est récompensé d’une médaille d’or à l’Exposition Universelle de 1889 pour son travail de topographe.

Enfin en guise de conclusion voici ce que Grandidier rapporte à la Société Française de Géographie le 15 avril 1898 :
« Il n’y a pas, dans toute l’histoire des voyages, un autre exemple d’une œuvre aussi vaste et aussi parfaite que celle qu’a accomplie le P. Roblet…
Grandidier concluait en associant les travaux des pères Roblet et Colin en ces termes :
« Le zèle et le dévouement à la science des RR. PP. Roblet et Colin sont au-dessus de tout éloge, et, on ne saurait le dire trop haut, leur œuvre est admirable 2 ».


Notes :

1 : BOUDOU, Adrien. - Les Jésuites à Madagascar au XIXe siècle. – Tome II p.79
2 : Idem p.170


<< Page précédentePage suivante >>