L'évangéliaire copte-arabe de la Bibliothèque de Fels
Présentation du manuscrit
___________________________________________

Un copiste exceptionnel

La Bibliothèque de Fels présente le manuscrit le plus remarquable de son fonds patrimonial : un évangéliaire copte-arabe exécuté au Caire, en Egypte, en 1250.

"Copié par la main experte du moine Gabriel (futur patriarche d'Alexandrie, à qui l'on doit aussi le manuscrit 94 Bibl. du Musée Copte au Caire), conservant encore une ancienne reliure en cuir à rabat, luxueusement enluminé, cet évangéliaire est l'un des plus précieux témoins de l'art du manuscrit copte qui soient arrivés jusqu'à nous. Le texte est écrit sur du papier dit "oriental", sans filigrane, à gauche en copte bohaïrique, à droite en arabe.

L'illustration s'étend sur 18 pages réparties dans tout le livre :
Portrait en pleine page de l'évangéliste avant chaque évangile ; sur la page faisant face au portrait, début du texte surmonté d'un petit tableau occupant un tiers de la page [...].
10 pages, se faisant face deux à deux, sont divisées en 6 petites vignettes représentant des scènes évangéliques, accompagnées dans les marges d'inscriptions arabes [...]

Reliure en cuir

Au folio 225, on peut lire : "Souvenez-vous de moi pour l'amour de Dieu, moi le pauvre Gabriel indigne d'être appelé moine et prêtre et que Dieu me pardonne. Au temps des martyrs 966" (c'est-à-dire 1250 de l'ère chrétienne)."(1)

Un document précieux pour l'histoire de l'art

"Si les thèmes iconographiques sont ceux de la tradition byzantine et copte, les détails du décor des scènes, les traits des personnages, les couleurs utilisées révèlent une influence islamique et ce mélange rare fait toute l'originalité de cet évangéliaire.
Enfin, ce manuscrit présente l'intérêt d'être resté au Caire jusqu'à la fin du 19e siècle et d'avoir servi de modèle pour d'autres évangéliaires (en particulier celui du British Museum, Or.425 exécuté en 1308).

Ce manuscrit a été acheté en 1885 par Monseigneur d'HULST, premier recteur de l'Institut Catholique de Paris. Le vendeur était Emile Amélineau, égyptologue qui en 1883 était membre de la Mission française archéologique du Caire et qui se consacra, entre autres activités, à la recherche de manuscrits coptes."(1)

Le manuscrit enluminéLe manuscrit enluminé

Le manuscrit a été confié en 1999 à l'atelier de M.  Roger Buisson pour restauration et en 2003 à la société Arkhênum pour être numérisé. Il a été prêté pour plusieurs expositions, la dernière en date au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York, pour l'exposition : BYZANTIUM : faith and power (1261-1557) qui a eu lieu en 2004.



__________________
(1) D'après la notice d'Anne Boud'hors dans le catalogue de l'exposition : "Ägypten Schätze aus dem Wüstensand : Kunst und Kultur der Christen am Nil". Wiesbaden : L. Reichert, 1996

Le manuscritLe manuscrit 
Haut de page