CARTE TOPOGRAPHIQUE DE LA FRANCE A L'ECHELLE de 1/80 000
dite carte d'Etat-Major
___________________________________________

"On calcule que la carte de France a nécessité 5 500 années environ de travail, fournies par 800 individus  différents"
Commandant Rouby





Extrait de la carte de Commercy
Extrait de la carte de Commercy

Au début du 19e siècle, la carte de France dite de Cassini est achevée. Mais, elle se révèle déjà insuffisante.
En 1817, une ordonnance royale décrète l'exécution d'une nouvelle carte topographique. Une commission spéciale est créée au Dépôt de la Guerre. En 1833, les premières feuilles sont livrées. Il y en aura en tout 274.


         

CARACTERISTIQUES GENERALES

Projection :

Cannevas de Bonne (projection équivalente)
L'échelle est conservée le long des parallèles et le long du méridien central.



Echelle :

1/80 000 (d'après des levés à 1/40 000)
La Commission hésite entre deux échelles : le 1/50 000 et le 1/100 000. Le 1/50 000 permet de faire figurer de nombreux détails utiles aux différents services publics et administrations locales. Mais le coût financier est jugé trop élevé. Le 1/100  000, échelle décimale facilitant la mesure des longueurs, a également été envisagé. Mais beaucoup d'objets trop petits n'auraient pu être représentés.

Le 1/80 000 choisi se rapproche donc de l'échelle de la carte de Cassini (1/86 400). La carte d'Etat-Major ne la remplaçant que très progressivement, il fallait que les échelles soient compatibles.
Il existe environ 80 objets différents représentés, mais attention, beaucoup de signes se confondent.



Méridien d'orgine :

Méridien de Paris
Le calcul de la longitude dépend du méridien d'origine.

Détail de la partie Sud de la feuille de Paris avec le méridien d'origine de longitude 0, exprimée en grade (0G) et en degré (0°) Détail de la feuille de ParisDétail de la feuille de Paris
Détail de la feuille de Paris


Coordonnées :

Longitude et latitude exprimées en degrés sexagésimaux et en grades centésimaux.

360° = 400gr

Degrés sexagésimaux : 1 degré = 60 minutes
1 minute = 60 secondes
1° = 60'
1' = 60"
Grades centésimaux : 1gr = 100 minutes
1 minute = 100 secondes
1gr = 100'
1' = 100"


Surface représentée :

France métropolitaine et Corse



Relief :

Figuré par des hachures et des points cotés

L'écartement et l'épaisseur des hachures sont normalisés pour représenter les différentes pentes.
Le point coté indique l'altitude en mètres par rapport au niveau de la mer.

On distingue sur ce détail 4 points cotés.
Détail de la feuille de Commercy
Détail de la feuille de Commercy


Feuilles :

274 feuilles numérotées de 1 à 267, avec des feuilles bis et ter
80 cm de large par 50 cm de hauteur, ce qui représente 64 km/40 km
Pour l'édition en quart de feuille : 40 cm de large par 25 cm de hauteur
La feuille n°39 n'a pas paru, voir la feuille n°55



Travaux préparatoires :

Reprise totale de la triangulation du territoire
Travaux de géodésie de 1818 à 1863
Travaux de topographie de 1818 à 1866
Dessin et gravure de 1832 à 1880

Géodésie
La carte est établie d'après de nouveaux travaux de triangulation, plus fiables et précis que ceux réalisés pour la carte de Cassini 50 ans auparavant.
Les opérations débutent en 1818, et s'achèvent en 1863.

Détail du réseau géodésique
Détail du réseau géodésique

Topographie
On reprend les travaux du cadastre quand il existe.
Sinon, les officiers effectuent des levés directs de la planimétrie pour toutes les communes sans cadastre ou avec un cadastre imparfait.

Dessin
Les minutes (feuilles originales des levés) sont réduites par les dessinateurs de l'échelle de 1/40 000 à l'échelle de 1/80 000.
Il faut environ 6 mois aux dessinateurs pour préparer une feuille. Le travail se divise en trait, écriture et figuré du terrain.

Gravure
Sur planches de cuivre au burin ou à l'eau forte, tirage monochrome

La gravure comprend 4 étapes :

  1. le trait
  2. l'écriture
  3. le figuré du terrain, la montagne
  4. le filage des eaux (voir ci-contre)

Chaque graveur travaille sur une spécialité.

Détail de la feuille de Quiberon
Détail de la feuille de Quiberon

Certaines feuilles ont demandé de 8 à 10 ans de travail, pour les régions de montagne à cause du figuré du relief.
Ainsi pour Arras, la gravure est achevée en une année seulement. Mais il faut 8 ans pour achever la feuille d'Albertville.

Editions :

Tirage direct sur planches-mères ou éditions en report

Tirage sur les planches-mères

La planche de cuivre gravée doit pouvoir fournir 3000 exemplaires, puis après retouche encore 2000 feuilles. Au début du 19e siècle, ces tirages semblent suffisants pour les besoins de l'armée, des administrations et du grand public. Pour rentabiliser la publication, le prix des feuilles est assez élevé.
On reconnaît facilement une carte imprimée par ce procédé, l'impression étant légèrement en relief

Editions en report

Grande nouveauté, les éditions en report permettent de ménager les planches-mères en cuivre. La multiplication des tirages permet ainsi d'abaisser le prix de vente et de mieux diffuser la carte. Il existe deux procédés principaux, le report sur pierre lithographique et sur feuille de zinc.

  • Procédé lithographique
    De 1872 à 1880, les feuille sont tirées grâce à ce système par l'imprimerie Lemercier.
    Mais ce procédé se prête mal aux corrections et les pierres (225 kg en moyenne) sont délicates à utiliser et manipuler.
  • Procédé zincographique
    On passe d'une pierre lithographique de plus de 200 kg à une feuille de zinc de 4kg. Une édition en 1/4 de feuille est proposée au public (avec recouvrements d'un centimètre entre les quarts d'une même feuille). Pendant 10 ans, de 1880 à 1890, la publication par livraison offre des tirages bon marché pour le grand public et l'armée.
    A partir de 1890, elle est remplacée peu à peu par l'édition en report sur zinc des nouvelles planches de cuivre "type 1889".
Retour Menu Retour Menu


   

REVISIONS

Les révisions ont été rapidement nécessaires, en particulier pour tenir compte de la modernisation du réseau routier et de la création des premiers chemins de fer.
La correction d'une feuille permet également de mettre à jour les nouveaux bâtiments, les rectifications de cours d'eau, les canaux, les défrichements ou les reboisements, les modifications de limites administratives.

De 1840 à 1870
Dès 1840, les préfectures (mais aussi les Eaux et forêts, les Ponts et Chaussés etc) sont chargés d'informer le Dépôt de la guerre des modifications entreprises. Mais les officiers topographes ne sont plus sur le terrain. Les modifications, quand elles sont signalées, ne sont pas toujours vérifiées par du personnel compétent.

Des études de la Commission de révision concluent par la nécessité d'envoyer directement des topographes sur le terrain. Mais, on ne juge pas prioritaire d'engager autant de dépenses pour des révisions. Cette méthode de révision se poursuivra jusqu'en 1870.

Après 1870, des officiers allemands reprennent les révisions pour la partie annexée de l'Alsace-Lorraine et constatent "que la carte était presque partout en retard de 50 ans et qu'à l'exception du tracé des chemins de fer, aucune modification n'y avait été faite […]" (In Gazette de Darmstadt, 3 février 1875)

Détail de la feuille de Commercy, édition de 1835
Détail de la feuille de Commercy, édition de 1835.
(tirage direct sur cuivre)
        Détail de la feuille de Commercy, révision de 1912
Détail de la feuille de Commercy, révision de 1912.
(tirage zincographique)

De 1870 à 1889
Le Dépôt de la guerre centralise toutes les révisions confiées depuis 1874 aux bureaux topographiques des différents corps d'armée. Les instructions relatives aux renseignements à porter sur les minutes émanent toujours du Dépôt de la guerre.

La révision des départements de l'Est de la France est privilégiée. Mais le travail de reprise des planches-mères est plus lent que les opérations sur le terrain. On décide donc en 1884 de ne plus reprendre les cuivres et de ne faire de modifications que sur l'édition zincographique, en cours de publication depuis 1879.
Les révisions de cette époque sont de qualité inégale.

Révision de type 1889
Le Service géographique de l'armée (ex Dépôt de la guerre) reprend la totalité des opérations. On réduit le nombre d'hommes pour ne laisser sur le terrain que des officiers réviseurs expérimentés. Pour la première fois, ils peuvent s'aider d'instruments de mesure. La surface de terrain à vérifier par officier diminue progressivement.

Toutes les révisions de "type 1889" ne sont pas parfaites. En effet, les premières feuilles publiées dans cette édition sont encore des révisions dues aux bureaux topographiques des corps d'armée. Ce n'est qu'en 1893 que la révision de 1891, la 1ere des révisions d'ensemble, a commencé à être gravée sur les cuivres du "type 1889".




Retour Menu Retour Menu


   

CONSTRUCTION DE LA CARTE

Définition des axes de coordonnées

  • L'axe des Y est le méridien de Paris de longitude 0
  • L'axe des X est la tangente au parallèle (passant par Aurillac)
    Cet axe passe par les feuilles 180 à 190.

Ces deux axes divisent la carte en quatre régions distinctes : Nord-Ouest, Nord-Est, Sud-Ouest et Sud-Est.

Voir aussi rubrique lecture d'une feuille




Retour Menu Retour Menu


   

LES COORDONNEES

Savoir repérer la longitude et la latitude

Rappel : Longitude exprimée d'après un méridien d'origine
de 0° -> 180° vers l'Est
de 0° -> 180° vers l'Ouest
Latitude exprimée à partir de l'Equateur
de 0° -> 90° Nord
de 0° -> 90° Sud

Détail de l'angle inférieur gauche de la feuille de Commercy Détail de l'angle inférieur gauche de la feuille de Commercy

Chaque damier correspond à 1 minute de degré ou 1 minute de grade.


Savoir distinguer les grades des degrés

Détail de la feuille d'Evreux
Détail de la feuille d'Evreux



Savoir lire la longitude

lire la longitude

Exemple : feuille d'Evreux

Exemple : feuille d'Evreux

Exemple : feuille de Meaux

Exemple : feuille de Meaux


Retour Menu Retour Menu


   

LECTURE D'UNE FEUILLE

Sur chaque feuille figure hors cadre :

  • Un numéro et un titre, le nom de la ville principale
  • La position de la feuille par rapport au méridien de Paris et à la tangente au parallèle
  • Des informations sur les dates de levés *
  • La liste des officiers ayant effectués les levés *
  • Un extrait du tableau d'assemblage
  • La date de 1ère édition
  • La liste des graveurs et leur spécialité *
  • L'échelle graphique
  • Sur les bords Nord, Sud, Est et Ouest, le nom des feuilles voisines
  • Selon les éditions : la date de révision, la date de tirage, le procédé d'impression

* ne figure pas sur les 1ers tirages avant 1852


Sur chaque feuille figure dans le cadre :

  • La longitude et la latitude
  • Les distances en mètres des côtés de la feuille aux axes des coordonnées
  • Méridiens tracés de 10' en 10' de grades
  • Parallèles tracés de 10' en 10' de grades

Détail de la feuille de Commercy, angle supérieur gauche
Détail de la feuille de Commercy, angle supérieur gauche

Position de la feuille par rapport aux feuilles voisines, schéma indiquant les secteurs de levés attachés à chaque officier, liste des officiers, date des levés



Détail de la feuille de Commercy angle supérieur droit
Détail de la feuille de Commercy angle supérieur droit

Numéro de la feuille : 52

Intervalles entre le méridien et le parallèle d'origine :
Intervalle depuis le méridien de Paris : 4
intervalle depuis le parallèle : 11

Latitude en grade : 54g5285"5
Longitude en grade : 4g3830"2

Distance en mètres du parallèle : 460 000
Distance en mètres du méridien : 288 000




Retour Menu Retour Menu


   

CARTES DERIVEES, VARIANTES DE LA CARTE

Feuilles centrées sur une ville
Il arrive que certaines grandes villes, comme Orléans, se trouvent à cheval entre deux feuilles.
On édite alors une feuille centrée sur cette ville et sa région. Elle est numérotée au nom de la ville + bis.

Feuilles des grandes manœuvres d'automne
Ces feuilles sont centrées sur une région servant pour les exercices des différents corps d'armées.

Amplification au 1/50 000
Il s'agit du grossissement d'une feuille au 1/80 000. La lecture est facilitée. Mais ce n'est pas une véritable carte au 1/50 000. Cette dernière fournirait plus de détails topographiques.
Il existe également une amplification en couleur au 1/50 000.




Retour Menu Retour Menu


   

UTILISATION DANS L'ARMEE

Au 19e siècle, la topographie fait partie des matières enseignées dans les corps de troupe. La carte, œuvre de l'armée, a été établie pour répondre à ses propres besoins.

Son utilisation s'avère indispensable en temps de guerre pour déterminer à l'avance le choix et l'organisation des positions et des mouvements de troupes :
Pour le commandement : mouvement des colonnes chargées d'occuper les différents points de la ligne de bataille.
Pour l'artillerie : emplacement des batteries
Pour le génie : emplacement des ouvrages à construire

Utilisation pour le stationnement des troupes :
Pour les cantonnements et bivouacs des troupes en campagne : savoir repérer les ressources d'une région, trouver des points d'eau, se mettre à l'abri des vents, du soleil, pouvoir placer les avant-postes sur des crêtes, etc.




Retour Menu Retour Menu


   

CONVERSION DE LONGITUDE

La longitude d'un lieu est actuellement donnée d'après le méridien international de Greenwich situé à 2°20'14" à l'Ouest de Paris.
Mais sur la carte d'Etat-Major la longitude est donnée d'après le méridien de Paris.
Il faut donc, pour retrouver un lieu sur cette carte, effectuer un calcul. Les exemples et calculs sont donnés en degrés sexagésimaux.

visuel pour calcul de la longitude

Selon la position du lieu, il faut ajouter ou retrancher 2°20'14" de la longitude.

Zone en bleu : pour un lieu à l'Ouest du méridien de Greenwich et à l'Ouest du méridien de Paris :

Longitude + 2°20'14"

Ex : Quimper : 4°05'52" W (Ouest de Greenwich) + 2°20'14" =
6°26'06" W (Ouest de Paris)

Zone en vert : pour un lieu à l'Est du méridien de Greenwich et à l'Ouest du méridien de Paris :

2°20'14" - Longitude

Ex : Tours : 2°20'14" - 0°41'18" E (Est de Greenwich) =
1°38'56" W (Ouest de Paris)

Zone en jaune : pour un lieu à l'Est du méridien de Greenwich

et à l'Est du méridien de Paris :
Longitude - 2°20'14"

Ex : Commercy : 5°35'30" E (Est de Greenwich) - 2°20'14" =
3°15'16" E (Est de Paris)




Retour Menu Retour Menu


   

ABREVIATIONS DE LA CARTE D'ETAT MAJOR

Liste des abréviations



Retour Menu Retour Menu


   

SYMBOLES

Routes

Liste des symboles utilisés pour les routes

Chemins

Liste des symboles utilisés pour les chemins

Ponts et bacs

Liste des symboles utilisés pour les ponts et les bacs

Canaux

Liste des symboles utilisés pour les canaux

Objets

Liste des symboles utilisés pour représenter des objets





Chemins de fer

Liste des symboles utilisés pour les chemins de fer

Autres objets

Liste des symboles utilisés pour les autres objets
Retour Menu Retour Menu


   

BIBLIOGRAPHIE - CONTACT

Bibliographie

Mémorial du Dépôt de la guerre. Tome IX. - Paris : Maulde et Renou, 1853

Gaumet, F.- Traité de topographie. - Paris : E. Lainé, [18..?]

Berthaut, Henri-Marie Auguste. - La carte de France : 1750-1898. - [Paris] : Imprimerie du Service géographique, 1898. - 2 tomes


Liens Internet

Pour plus d'informations sur les coordonnées, les échelles, les projections, etc voir les fiches pédagogiques de l'IGN : http://www.ign.fr/
Pour la localisation de communes et lieux-dits, voir le Géoportail de l'IGN : http://www.geoportail.fr/

Concernant les informations statistiques et historiques sur les communes françaises, de la Révolution à nos jours voir le site de l'EHESS : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/index.htm


Mentions légales

Les images de cartes sont établies d'après les documents possédés par la bibliothèque de Fels, Institut Catholique de Paris.
Les graphiques et tableaux sont la propriété de la bibliothèque de Fels.

Conception et mise en forme : Nathalie Bodving, assistée de Gwladys Gouttegatas, 2009-2010.


Contact

Nathalie Bodving
Bibliothèque de Fels
Institut Catholique de Paris
21 rue d'Assas
75270 PARIS CEDEX 06 (FRANCE)
Contact



Retour Menu Retour Menu